Recherches en cours

 

Archéozoologie

 

Gaëtan Jouanin, prépare une comparaison archéozoologique entre deux des plus importantes fosses mises au jour lors des recherches dans les grandes caves du château. Ces deux structures datent du XIe siècle. La première a déjà fait l’objet d’une riche publication dans le premier volume du Château et l’art, la seconde, est en cours de comptage. Il s’agit de la fosse d’aisance dite 143F6. Les premiers résultats sont extrêmement encourageants et montrent un tri des déchets entre les deux fosses. Pour un corpus aux pourcentages relativement proches, il semblerait que les os les plus gros se soient retrouvés dans la fosse ouverte, tandis que la fosse fermée en lien avec les latrines contiennent plutôt des petits éléments. D’ailleurs dans cette espace fermé, le matériel ostéologique est souvent “attaqué” par les acides contenus en milieu clos, voire les sucs gastriques des petits éléments ingérés. Avec les résultats espérés autour de l’analyse des coprolithes fossiles retrouvés, cet ensemble devient de plus en plus intéressant pour connaître le quotidien des habitants du château au XIe siècle. Affaire à suivre et à lire dans le prochain volume du Château et l’art…

En savoir plus

 

Restitutions graphiques

Jean Chen, architecte d’intérieur attaque le château ! Artiste aquarelliste aux pinceaux habiles, s’est très artistiquement qu’il dresse ses échelles pour mieux comprendre l’histoire et les images anciennes du site, mais également de la collégiale et des murailles de la cité. Il se pose en véritable historien des représentations, il décortique les élévations et les toitures comme nul autre ! Son travail fera l’objet d’une présentation et d’une publication. Tout à chacun comprendra alors beaucoup mieux le cadre naturel de la résidence et la description de la ville faite à l’époque de Charles V († 1380) : Le grand fort de Mehun.

En savoir plus
 

Concressault

Julie Benzérak vient de réaliser un très intéressant et remarquable mémoire, auprès de l’École du Louvre, sur le château de Concressault. Autre site de campagne du duc de Berry. Elle y compile mille éléments en rassemblant des bribes de descriptions, devis, descriptions, éléments iconographiques qui lui permettent de recentrer nos hypothèses sur ce site étonnant et méconnu. Les liens avec Mehun sont évidents, pas seulement autour des supposées dentelles de pierre des étages sommitaux, mais aussi pour les rapports avec l’implantation et le cadre naturel des lieux. Un très beau sujet qui mériterait une publication, dans nos pages ou ailleurs pour mieux comprendre la pré-renaissance naturaliste de nos princes.

 

 

 


 

 

 

Actuellement au sein de l’association des membres et des chercheurs réalisent des recherches, en lien avec leurs Institutions, leurs universités ou tout simplement par passion. Citons quelques sujets en cours : 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carreaux de pavements

 

Ayed Ben Amara continue, au sein du laboratoire archéométrie de l’université Bordeaux III, ses recherches sur les composants des carreaux de pavement produits pour le duc de Berry. Les analyses en cours apportent des résultats, principalement dans le pourcentage des matières employées. Une étude complexe, à la recherche d’indices infimes et techniques pour remonter, tel un enquêteur, les méthodes utilisées par le sarrazin Jean de Valence et son équipe.

 

Iconographie de la résidence

Philippe Bon, poursuit sa quête des représentations de la résidence de Mehun au cœur des manuscrits de l’École de Bourges, mais pas seulement puisque des modèles ont circulé et ont été adaptés aux goûts du temps et des pages… Des poncifs, souvent une vue du château depuis les plaines de la ménagerie de Gandebert, ont servi de décor aux scènes des Bethsabée au bain. Dernièrement une chasse aux oiseaux déclinée depuis la face sud-ouest du château montre une tourelle, vraisemblablement d’escalier, inconnue. Cette image vient conforter l’ultime découverte des fouilles programmées, où quelques pierres de taille arrondies dessinaient une vis, à l’emplacement même où la miniature nous le montre… Toutes ces images présentent le château, mais elles montrent surtout que les peintres étaient très sensibles au cadre. Dire lors des visites que la résidence était blanche, posée sur un miroir d’eau et se détachait d’un fond de verdure est une réalité qui a séduit tous les princes de la fin du Moyen Âge de passage à Mehun